jeudi 1 janvier 2009

THE "LAS VEGAS' NIGHTMARE" SYNDROME










… 4… 3… 2…1… 0… !
Tout autour du monde, des voix se sont élevées dans des “bonne année à tous” à déchirer mon Cœur de leurs sincérités… Ces voix résonnent comme étincelles de prières fantomatique à la couleur d’un jaune pisseux. Mascarades cascadant de marche en marche sur l’escalier de toutes les hypocrisies que seuls quelques moines trappistes ne verront pas. Impossible d’échapper au cauchemar de Las Vegas. J’enfouis ma tête sous des tonnes d’oreillers mais impossible ! Les murs tremblent de la party du voisin. Sourires allumés à la vodka-champagne et les yeux qui scintillent de l’ivresse des lampadaires. Saint Sylvestre, nuit de la lumière-néon, nuit où le pire des vœux est formulé en chœur par six milliards de cerveaux. « Bonne année à tous » et demain ressemblera aux sols de vos fêtes : noirci de souhaits piétinés et de vomis de bonnes résolutions. L’enfer n’est t-il pas pavé de bonnes intentions ? Courage ! Frères ! Il vous reste 364 jours pour voir si c’est vraiment une bonne année. Convention obscène de la réjouissance obligatoire sur laquelle je pisse. Je fêterai 2009 365 jours cette année, sauf un : ce soir. Ce soir, puisque plus personne ne les porte, j’ai sur les épaules les résidus d’une humanité qui d’avance sait que de toute manière, cette nouvelle année sera comme la précédente, pourrie, triste, froide et sanglante. Ce soir, comment échapper au regard perdu de ces enfants des rues, de ces sans-abris que seul le froid fait voir des lueurs… comment, comment, comment ? Une idée ?

… 4… 3… 2… 1… 0…
Une nouvelle année commence… La feront nous vraiment bonne ? Pour TOUT le monde ?
Où est-ce encore un « Las Vegas’nightmare » de plus…




... 4 ... 3 ... 2 ... 1 ... 0 ...!
Around the world, voices were raised in "Happy New Year to all” to tear my Heart of their sincerity ... These voices sound like ghostly sparks prayers to the color of a wishy-washy yellow. Masquerades cascading from step to step on the stairs of all hypocrisies that some few trappist monks will not see. No way to escape the Las Vegas’ nightmare. I bury my head under tons of pillows but impossible! The walls are shaking from the party's neighbor. Smiles lit from the vodka-champagne and sparkling eyes of the drunkenness streetlights. Eve, the night-light neon night when the worst of wishes is expressed all together by six billion brains. "Happy New Year to all!” and tomorrow will look as the party’s floor: blackened wishes trampled and vomited good resolutions. Isn't the hell paved by good intentions? Courage! Brothers! You have 364 days to see if it is really a good year. Obscene convention of a prescribed celebration that I pee. I will celebrate 2009 every 365 days this year, except one: tonight. This evening, since nobody carries them anymore, I have on the shoulders the residues of one humanity which in advance knows that anyway, this New Year will be like the last one, rotted, sad, cold and bloody.
Tonight, how to escape to the children’s glance, lost of the streets, these homeless only who see some glow only because of the cold…cold light ... how, how, how? An idea?

... 4 ... 3 ... 2 ... 1 ... 0 ...
A new year begins ...Will we really make it good? For everybody?
Or will it be, once again, one more “Las Vegas’ nightmare” ?

xxx

1 commentaire:

Jeffovie a dit…

yes for us, lets make the following hundred years not only one single day's good wishes, but our daily reality...
and maybe, happiness is contagious...

TLC