lundi 31 mars 2014

Maceo needs your help, Urgently

The grand son of a very good friend of mine needs your help. Urgently.


"My son Maceo (2 years old) has been diagnosed with stage 4 NEUROBLASTOMA. We have no insurance and need financial help for a medical transfer from Spain to Paris. His condition is critical and needs customized intensive care. PLEASE SHARE THIS BLOG BY ALL MEANS. Maceo, his mother, brother and I... NEED YOUR HELP. Please use the "DONATE" button below. Thank you.

Un NEUROBLASTOMA niveau 4 a été diagnostiqué a mon fils Maceo (2 ans). Nous n'avons pas d'assurance et avons besoin d'aide financière pour un transfert médicalisé de l'Espagne vers Paris. Son état est critique et il a besoin de soins intensifs personnalisé. SVP PARTAGEZ CE BLOG PAR TOUS LES MOYENS. Maceo, sa mère, son frère et moi... AVONS BESOIN DE VOTRE AIDE. S'il vous plait, utilisez le bouton "DONATE" ci-dessous pour vos dons. Merci.

Maceo mi hijo (2 anos) fue diagnosticado con NEUROBLASTOMA nivel 4. No tenemos seguro y necesitamos ayuda para un traslado sanitario de España hasta París. Su estado es critico y necesita de cuidados intensivos a medida. GRACIAS POR COMPARTIR ESTE BLOG POR TODOS LOS MEDIOS. Maceo, su madre, hermano y yo... NECESITAMOS SU AYUDA. Por favor, utilice el botón "DONATE" a continuación por sus donaciones. Gracias."

For any donation, please visit here: Donation Maceo



vendredi 2 août 2013

IL RESTERA LA BRUME

Il y a des soirs noirs comme l’abime
Des matins blancs comme de l’encre
Des rires lointains à déchirer les brumes
Qui ne laissent pour trace
Qu’une saveur aride et salée
Où rien ne repoussera, jamais.
Se tenir debout, forcé,
Et rencontrer aubes et aurores
Au-delà de la vie, et plus loin.
Ces âmes sans âmes qui ravagent,
Torturent, puis partent ailleurs
Pour aspirer d’autres vies fleuries
Et les laisser inerte, juste une ombre.

Il y a des soirs noirs comme un refuge
Des matins blancs comme la peur,
Et des brumes lointaines pour voiler les rires
Qui, ailleurs, iront de champs en déserts
Apporter leur chant et leur faux-air,
Pour ne laisser là, que l’ombre d’un néant.
Et si vous me demandez de qui donc s’agit-il ,
Priez de ne jamais savoir, espérez de ne jamais la voir.
Car elle tordra votre esprit comme le feu plie l’acier,
Et vous voilà marionnette, suspendu au fils de ses délires,
Mu par ses soubresauts erratiques et irrationnels.
Vous verrez alors midi dans la nuit
Et vos jours seront une ombre.

Il y a des soirs comme une fin
Des matins qui ne viennent plus.
Les rires ont disparu, et c’est tant mieux,

Mais il reste la brume, à l’infinie.

dimanche 10 mars 2013

Le sentiment est-il purement « Humain » ?


Sentiment :
Le sentiment est la composante de l'émotion qui implique les fonctions cognitives de l'organisme, la manière d'apprécier. Le sentiment est à l'origine d'une connaissance immédiate ou d'une simple impression. Il renvoie à la perception de l'état physiologique du moment. Le sens psychologique de sentiment qui comprend un état affectif est à distinguer du sens propre de sensibilité.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sentiment

Emotion :
L'émotion (du latin motio « action de mouvoir, mouvement ») est une expérience psychophysiologique complexe de l'état d'esprit d'un individu lorsqu'il réagit aux influences biochimiques (interne) et environnementales (externe).
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89motion

Emotion et sentiment chez l’animal :
NEURO: Les émotions existent aussi chez l’animal ? – Science et Washington State University
Cette recherche, publiée dans l’édition du 7 décembre de la revue Science, confirme l’hypothèse de sentiments humains chez l’animal. Mais cette étude de la structure mentale des souris ou des rats, permet aussi d’expliquer certaines émotions chez l’Homme, comme l’empathie ou la bienveillance. Sans cette couche d’émotion « animale », notre capacité émotionnelle serait considérablement réduite, commente un neuroscientifique de la Washington State University, impatient que les connaissances scientifiques soient suffisantes pour pouvoir mieux développer et tester sur l’animal, des médicaments pour traiter nos troubles émotionnels et psychiatriques bien humains.
http://blog.santelog.com/2011/12/10/neuro-les-emotions-existent-aussi-chez-lanimal-science-et-washington-state-university/

A lire aussi
http://www.slate.fr/lien/64691/animaux-emotions-nature
« Le magazine Psychology Today souligne que les scientifiques évoquent de plus en plus la possibilité d’attachements émotionnels au-delà des espèces: »

____________________________________________

Que certaines personnes un peu « gaga » traitent leur compagnon animal comme s’il était un être humain, ce qui s’appelle de « l’anthropomorphisme » (http://fr.wikipedia.org/wiki/Anthropomorphisme) - certains, encore plus gaga, le faisant avec leur voiture ou autres objets ! – ne peut plus nous laisser ignorer le fait que les animaux ne sont pas si loin de nous, en matière d’émotions et de sentiments. Certes il existe des différences, des degrés, l’homme étant certainement le « plus » émotionnel et le « plus » sentimental d’entre les animaux (n’allons pas oublier que nous sommes des animaux, évolués certes, quoique des fois, on pourrait se demander à quoi cela lui sert).

Mais il n’est pas besoin d’être un expert scientifique pour témoigner que l’animal peut aussi ressentir la tendresse, l’amour, la peur, l’angoisse; être joyeux ou déprimé, avoir sa propre personnalité, y compris parmi ceux vivant à l’état sauvage, en de très nombreux point similaire aux humains.

Et il n’est pas un seul jour sans que nous découvrions combien certaines espèces ont des psychologies hautement évoluées, au point qu’il se pourrait bien qu’ils nous dépasseraient dans certains domaines, comme par exemple leur vie sociale, voir leur culture - les baleines ont un chant différent par groupe, et qui change de saison en saison. Et que dire de ces grands singes captifs qui sont capables d’exprimer leurs sentiments par la peinture ?

Alors, à tous ces « humains », si primitifs pour penser encore que l’animal n’est mu que par un « instinct », qu’il n’a ni émotions, ni sentiments… Je dis ceci : avant de parler, documentez-vous, apprenez, réfléchissez. Certains animaux le font bien, eux.

Nous ne sommes "propiétaire" de rien, surtout pas de cette planète. Alors commençons à la respecter.

vendredi 1 mars 2013

grieving human society


HYDRA


Hydra-by Ruth Tay


L’Hydre

Pour combien de temps encore allons-nous laisser les USA régler le monde, comme si nous n’étions que de sales gosses dans une cours de récréation ?

Pour combien de temps encore allons-nous fermer les yeux sur ce qu’est VRAIMENT ce pays, encore hanté par ses rêves de « conquête de l’ouest », ramassis de cow-boys armés, en quête d’ennemies à exterminer, piller, soumettre, embrigader dans sa course folle ?

Le « rêve américain » est devenu le « cauchemar planétaire » et son immense talent pour la destruction d’autrui à son propre bénéfice a même réussi à engendrer la perversion inverse chez ceux supposés lui résister. Car ne nous laissons pas leurrer, le « bloc communiste » n’est plus qu’un déchet toxique tout aussi cauchemardesque – personne ne pourra ignorer comment sont traités les travailleurs chinois qui, soit dit en passant, sont depuis longtemps, au service de sa majesté impérialiste d’Amérique, pour ne citer qu’eux. Personne ne peut ignorer le calvaire que vivent les habitants des pays autocratiques religieux, soumis à la torture pour mieux adorer un Dieu et en servir un autre, le Dieu « argent » dont se repaissent leurs maîtres. 

Ce qui finalement boucle la boucle. Les peuples du monde aliénés à la globalisation de ce principe devenu universellement planétaire « Le labeur de tous pour le profit de quelques-uns » et ce, à n’importe quel prix – L’autodestruction inclus.

Et puisque ceux qui auraient encore un peu de latitude pour penser, préfèrent se saouler au pi de l’abondance à crédit, se repaitre de reality show abêtissant, avilissant, anesthésiant.

Alors que nous reste-il, nous, les quelques sains d’esprit, face à cette planète folle ?
Nous cacher dans un petit trou avec un minimum vital et attendre la chute de l’hydre tyrannique, en espérant ne pas être là où elle tombera…


Hydra Green - By Unknown

The Hydra

For how long are we going to allow the U.S. to address the world as if we were only nasty brats in a playground?

For how long are we going to close our eyes to what this country REALLY is, still haunted by its dreams of "conquest of the West," bunch of armed cowboys seeking enemies to destroy, plunder, submit, sucked in its mad run?

The "American Dream" has become the "global nightmare" and its talent for the destruction of others to his own benefit even managed to produce the reverse perversion among those expected to resist. Let's not kid ourselves, the "communist bloc" is no more than a toxic waste, nightmarish as well - nobody can ignore how Chinese workers, to name a few, are treated. Who, by the way, have long been at the service of its imperialist majesty of America. Nobody can ignore the plight faced by the people of countries autocratically religious, tortured to better worship a God and serve another one, God "money" that feeds their masters.

That finally closes the loop. Peoples of the world alienated to the globalization of this universally planetary principle: "The labor of all for the benefit of a few," and at any price - self destruction included.

And since those who have a little more latitude to think, prefer to get drunk plenty of worse credit, feasting on stultifying, demeaning, anesthetic TV shows.

So what's left over for us, we, the healthy minds, facing this crazy planet?
To hide in a small hole with a minimum living, and wait for the fall of the tyrannical hydra, hoping not to be where it falls...